Zao WOU-KI, ENCRES 1953-1999

 

“…”Le maître de l’époque T’ang, Wang Wei (699-759) a écrit un jour qu’une peinture est un poème qui a pris forme à l’oeil”.
Comment ne pas penser à lui ici et encore plus à ce que François Cheng, ami de Wou-Ki (…), écrit de son style “si spécifique de la peinture chinoise qui procède par application de traits délicats, parfois fondus et qui vise d’abord à saisir les tonalités d’un paysage dans leurs infinies nuances, à capter les vibrations secrètes des objets baignés par les invisibles “souffles” dont l’univers est animé. Ce que cherche à traduire cette peinture est un état d’âme, dans la mesure où elle est le résultat d’une longue méditation”.

Pierre Daix

 

Exposition présentée du 3 octobre au 5 décembre 1999.
53 pages, 24 x 20 cm, 22 illustrations.
Édition Arts et Dialogues Européens, La Primaube,

 

10,60€