MARIE PRESTON
AVEC LINE GIGOT ET GRAZIELLA SEMERCIYAN

Marie Preston est née en 1980. Elle vit et travaille à Paris. Artiste, Maîtresse de conférences à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, elle est membre de Teamed (Équipe de recherche esthétique des nouveaux médias / Laboratoire arts des images et art contemporain-EA4010).
Graziella Semerciyan est née en 1980.
Elle vit et travaille à Paris. Historienne de l’art et commissaire priseur, elle dirige une galerie à son nom. Elle s’intéresse aux rapports entre art, artisanat, art populaire, design et anthropologie et poursuit ses recherches et découvertes vers différentes formes de pratiques collectives.
Line Gigot est née en 1990. Elle vit et travaille à Paris.
Co-curatrice au sein du collectif MU du Chantier permanent, programme artistique situé sur la Porte d’Aubervilliers, à Paris, elle travaille à l’élaboration d’espaces d’expérimentations politiques et artistiques dans les milieux professionnels, militants ou amicaux où elle déploie sa pratique.

Marie Preston conçoit son travail artistique comme une recherche visant à co-créer des œuvres, des documents d’expérience, avec des personnes a priori non artistes. Les rencontres sont suscitées en engageant une activité dans un territoire spécifique : la collaboration s’instaure en un rapport de réciprocité des savoirs et des savoir-faire pour faire émerger un espace commun. Photographies, sculptures, performances et films prennent forme, allant de la restitution d’expérience à des actions collectives.

Pour Faire communs, Parcours d’art contemporain en vallée du Lot, elle s’associe à Line Gigot et Graziella Semerciyan, membres de l’atelier Pain Commun, déjà engagé en région parisienne. Ensemble, elles envisagent la résidence comme une réflexion sur ce que pourraient être les « territoires » engageant du commun. Dessiné ici à partir des pratiques paysannes et boulangères propres à la vallée et aux causses du Lot, leur travail imbriquera les dimensions anthropologiques, intimes et politiques qui construisent le faire ensemble.

Que vous inspire le titre « Faire communs » ?

Les pratiques collectives œuvrent à créer des mondes communs, des communautés d’échange et de partage. Elles travaillent à l’effort de « faire équipe ». Elles permettent d’expérimenter ce que chacun.e peut apporter par son approche au groupe. Elles tentent de sortir d’un rapport propriétaire à ce que nous participons à construire.

Qu’est-ce que l’art vous permet d’accomplir ?

Plutôt qu’accomplir un projet, l’art nous permet, comme processus, de ménager des espaces d’expérimentation, c’est-à-dire de prendre des chemins de traverse vers des rencontres, des recherches et des expressions indéterminées. Dans le cadre de cette résidence, nous prêtons attention à des lieux dans leur complexité mêlant pratiques, paroles et paysages en cherchant des formes pour transmettre l’expérience que nous en faisons.