CAPITAINERIE

MATHIEU PROVANSAL

24 SEPTEMBRE — 03 DÉCEMBRE 2017

La percussion d’un mot, une parole dite dans le jeu d’une amitié adolescente sont à l’origine de ce titre. Mathieu Provansal a conservé le sobriquet de « Capitaine », depuis ce matin de fête à Aix-en-Provence dans les années 80… Capitainerie devient ce lieu depuis lequel l’artiste observe et organise sa vision du monde : un chaos joyeux qui mêle sculptures, photographies, écrits et dessins, dans une tension dont il est l’artisan précis, érudit et pétillant. Mathieu Provansal déborde toujours du sujet. Travaillant à rebours de la prolixité, il relie les objets, les mots, les histoires comme pour réparer une fracture originelle, associer l’art et la vie. Lui, qui fonctionne dans un monde où le magique investit le trivial, développe — malgré son peu d’appétence pour le digital — une pensée rhizomique.
Sculpteur et dessinateur, il déplie ici les surfaces géométriques et invite un portrait de James Joyce par Constantin Brancusi*.
Écrivain et critique de cinéma, il lit l’amplitude de Jean Renoir, sa curiosité pour l’autre et célèbre le cinéaste en intégrant une image le représentant par Richard Avedon*.
Photographe, il atteste d’une mémoire vive mêlant les époques et les styles et confronte ses couleurs au noir et blanc d’une icône d’Edouard Boubat*.
Autant d’articulations, d’ellipses et d’étonnements qui éclairent sous des jours différents l’idée de faire communauté.

COMMISSAIRE : MARTINE MICHARD
* Œuvres prêtées par le MNAM dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou.


DOCUMENTS DISPONIBLES
DOSSIER DE PRESSE

 

The rhythm of a word, of a sentence pronounced in a teenagers friends’ discussion gave birth to this title. Mathieu Provansal has been nicknamed « Captain » since a festive morning in Aix-en-Provence in the 1980s…
Capitainerie – the harbour master’s office – is the place from which the artist watches the world and organizes his vision: a joyous chaos full of images, sculptures, writings he has mixed with precision, erudition and a sparkling spirit. Mathieu Provansal always goes beyond its subject. He links objects, words and stories not to be prolix but to fix an original fracture and associate art with life. He evolves in a world where the magic floods the mundane and develops a networking thinking – despite his reluctance for all things digital.
A sculptor and a drawer, he unfolds geometrical surfaces along with Constantin Brancusi’s* portrait of James Joyce.
A writer and a movie critic, he links Jean Renoir’s amplitude to his interest for others and celebrates the filmmaker via a portrait by Richard Avedon*.
A photographer, he vividly documents different periods and styles, confronting his colours to Édouard Boubat’s icon’s black and white.
These many structures, ellipses and surprises cast a new light on the idea of creating a community

CURATED BY MARTINE MICHARD
* MNAM loan for Centre Pompidou’s 40th birthday.

EXPOSITION
24 09 — 03 12 2017
MERCREDI — DIMANCHE
14H — 18H
ENTRÉE LIBRE
VERNISSAGE
SAMEDI 23 SEPTEMBRE ­— 18H
ÉVÈNEMENTS ASSOCIÉS